0
Articles

La “substance ” cachée qui menace votre santé!

Par avril 19, 2019No Comments

Par Dr. Dwayne N. Jackson PhD ET Vincent Comtois ND CFMP

Est-ce que la marque de suppléments alimentaires que vous consommez utilise des édulcorants artificiels chimiques? Facile à vérifier, lisez l’étiquette ou jugez-en par la saveur. Soyez honnête, est-ce que les suppléments que vous avalez avant, pendant et après l’entraînement ont un petit goût de bonbon?

Bien que la saveur soit souvent la manière facile de choisir sa marque de suppléments préférée, je veux vous révéler un grand secret de la création de formules de suppléments. D’importantes quantités d’agents de remplissages, de saveurs artificielles et d’édulcorants artificiels comme le sucralose et l’acésulfame potassium sont ajoutées à l’intérieur des poudres de suppléments simplement parce que ça ne coûte pas cher et que ça goûte sucré. Et surtout, ces substances de remplissage cachées servent essentiellement à augmenter la marge de profit des fabricants.

Si vous consommez un supplément qui contient des agents de remplissage et du sucralose, pour une même portion vous sacrifiez une partie de vos ingrédients actifs pour faire de la place à des substances bon marché. Plus important encore, en avalant d’importantes quantités d’édulcorants chimiques dans ces suppléments, vous nuisez à vos gains en performance et aux bienfaits possibles sur votre santé.

Si l’on vous a fait croire que le sucralose est un édulcorant sans calories et bon pour la santé, vous n’êtes pas seul! Après tout, il est fait à base de sucre et il ne contient pas de calories. Le sucralose est produit à partir du saccharose (sucre de table) en remplaçant chimiquement son groupe hydrogène-oxygène par un atome de chlore!

Cela semble inoffensif, non? 

Ce traitement chimique rend le sucre 600 fois plus sucré au goût et élimine son poids calorique, ce qui a pour effet de tromper le public qui croit le sucralose bon pour la santé. Toutefois, on sait maintenant que même si le sucralose est sans calories et est très sucré, son impact sur le corps est loin d’être sain. Le sucralose est considéré comme un édulcorant organochloré (OC) artificiel, un type d’ingrédient qui occupe une grande place dans l’industrie alimentaire mondiale. Le sucralose interagit avec les chimiorécepteurs du tube digestif impliqués dans la perception de la saveur sucrée et dans la sécrétion d’hormones.

Les premières études sur le sujet ont prétendu que le sucralose traversait le tube digestif de manière intacte, laissant croire qu’il n’était pas métabolisé. Ce sont ces vieilles conclusions qui ont mené à la croyance que le sucralose était inoffensif et bon pour la santé. Toutefois, contrairement à ces premières études, la science a démontré récemment qu’environ 15 % du sucralose est digéré et métabolisé, produisant divers composés ayant un impact sur la santé. Donc, plus on ingère de sucralose, plus l’impact risque d’être grand sur la santé. En général, boire une boisson gazeuse diète ici et là n’aura pas vraiment d’impact évident sur votre bilan de santé, mais une consommation régulière d’une grande quantité d’édulcorant chimique comme le sucralose va fort probablement entraîner un impact négatif sur votre santé en général. Prenez le temps de faire l’addition; protéine, BCAA, ‘’pré-workout’’ combien de produits chimiques ingérez-vous chaque semaine ?!

Au cours des dernières années, l’ajout injustifié de sucralose et autres édulcorants artificiels dans les suppléments sportifs est devenu une véritable épidémie. C’est exact, sous le prétexte qu’il n’y a pas d’impacts la santé, les édulcorants chimiques sont ajoutés à la majorité des produits simplement à titre de «substances de remplissage sucrées».

Dans un article scientifique publié par The Journal of Toxicology and Environmental Health, plusieurs inquiétudes ont été abordées au sujet du sucralose:

  1. Le sucralose et l’un de ses dérivés métaboliques ont démontré lors de plusieurs tests qu’une forte concentration peut favoriser des mutations génétiques. Vous voulez éviter les composés mutagènes, puisqu’ils sont déclencheurs de maladies comme le cancer.
  2. Cuisiner avec du sucralose produit des composés appelés chloropropanols, un type de composés potentiellement toxique qui serait lui aussi lié à plusieurs cancers et autres perturbations des processus biologiques.
  3. Le sucralose a démontré des impacts négatifs sur la flore intestinale et la santé intestinale en réduisant le nombre de saines bactéries présentes dans l’intestin. Le sucralose modifie aussi la gestion du glucose en déclenchant une surproduction d’insuline et en déstabilisant les niveaux de GLP-1. Ces impacts peuvent avoir de graves conséquences pour ceux qui pratiquent des jeûnes occasionnels pour perdre du gras ou pour les personnes obèses insensibles à l’insuline ou intolérants au glucose.

 

 

En résumé, si l’on considère toutes ces conclusions, le sucralose n’est pas le composé biologiquement inoffensif que l’on croyait qu’il était.

 

Pourquoi donc la plupart des fabricants de suppléments continuent d’utiliser des édulcorants chimiques?

Tout simplement parce que les édulcorants chimiques coûtent beaucoup moins chers et qu’ils facilitent la tâche pour donner bon goût au produit contrairement aux autres options biologiques et saines comme le Stevia.

 

Voici la preuve:

 

COÛT (par kilogramme) des édulcorants

ACE-K: 4,80 $

ASPARTAME: 6,20 $

Sucralose 18,80$

Special ATP blend of Organic Stevia GMO free 200 $ !!!

 

C’est la vérité! Il en coûte 3000% à 4000% plus cher pour sucrer la saveur des suppléments avec du stevia BIO bon pour votre santé! Donc, ne vous demandez plus pourquoi les fabricants qui utilisent toujours des édulcorants artificiels se vantent d’offrir de grosses portions avec un savoureux goût de bonbon à moindre coût!

 

Chez ATP LAB, on utilise uniquement du stevia biologique sans OGM dans nos produits. Comme ce choix est beaucoup plus dispendieux que les options chimiques et qu’on utilise la quantité nécessaire à obtenir une saveur agréable, le prix du supplément en est nécessairement influencé. Donc, lorsque vous comparez nos produits à ceux de la concurrence, gramme contre gramme, vous obtenez beaucoup moins de remplissage et beaucoup plus d’ingrédients actifs dans nos produits. Au bout du compte, vous obtenez exactement ce que vous achetez avec les suppléments ATP Lab, soit des nutraceutiques efficaces et sans danger pour votre santé.

‘’La réelle qualité d’un supplément se mesure dans les détails’’ -Vincent Comtois

 

*Pour ceux qui croient que cet article aurait pour simple but du marketing voici quelques dizaines de références sur le sujet pour satisfaire les plus sceptiques.

 

 

 

 

References:

Schiffman SS, Rother KI. Sucralose, a synthetic organochlorine sweetener: overview of biological issues. J Toxicol Environ Health B Crit Rev. 2013;16(7):399-451.

Abou-Donia M. B., Menzel D. B. Chick microsomal oxidases. Isolation, properties, and stimulation by embryonic exposure to 1,1,1-trichloro-2,2-bis(pchlorophenyl)ethane. Biochemistry. 1968a;7:3788–3794.  [PubMed]

Abou-Donia M. B., Menzel D. B. The metabolism in vivo of 1,1,1-trichloro-2,2-bis(p-chlorophenyl)ethane (DDT), 1,1-dichloro-2,2-bis(p-chlorophenyl)ethane (DDD) and 1,1-dichloro-2,2-bis(p-chlorophenyl)ethylene (DDE) in the chick by embryonic injection and dietary ingestion. Biochem. Pharmacol. 1968b;17:2143–2161.  [PubMed]

Abou-Donia M. B., El-Masry E. M., Abdel-Rahman A. A., McLendon R. E., Schiffman S. S. Splenda alters gut microflora and increases intestinal P-glycoprotein and cytochrome P-450 in male rats. J. Toxicol. Environ. Health A. 2008;71:1415–1429.  [PubMed]

Abu-Qare A. W., Elmasry E., Abou-Donia M. B. A role for P-glycoprotein in environmental toxicology. J. Toxicol. Environ. Health B. 2003;6:279–288.  [PubMed]

Adachi Y., Suzuki H., Sugiyama Y. Comparative studies on in vitro methods for evaluating in vivofunction of MDR1 P-glycoprotein. Pharm. Res. 2001;18:1660–1668.  [PubMed]

Adas F., Berthou F., Picart D., Lozac’h P., Beaugé F., Amet Y. Involvement of cytochrome P450 2E1 in the (?-1)-hydroxylation of oleic acid in human and rat liver microsomes. J. Lipid Res. 1998;39:1210–1219.  [PubMed]

Aiba T., Takehara Y., Okuno M., Hashimoto Y. Poor correlation between intestinal and hepatic metabolic rates of CYP3A4 substrates in rats. Pharm. Res. 2003;20:745–748.  [PubMed]

Albert M. J., Mathan V. I., Baker S. J. Vitamin B12 synthesis by human small intestinal bacteria. Nature. 1980;283:781–782.  [PubMed]